Catégorie : Événements

REPRÉSENTATION – Open Sources – Diptyque II – sept. 2016

Les 24 et 25 septembre 2016, les archéographes présentaient Open Sources, le second volet du parcours chorégraphique et plastique écrit pour les sources de la Bièvre à Buc (78). Pensée comme un spectacle déambulatoire, cette traversée (les pieds dans l’eau !) s’est appuyée sur la richesse du patrimoine architectural bucolique et obscur de Buc.

Sources souterraines, sources grandiloquentes, sources intimes, sources royales, sources blessées ou sources qui mènent tout droit vers la mer, les sources de la Bièvre ont été le fruit d’une exploration « grandeur nature » pendant une année par Tangible.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Christine Coutris
Gwennaëlle Roulleau
Manon Gignoux

En partenariat avec la Ville de Buc, sur une commande Des ricochets sur les pavés dans le cadre de la programmation Bièvre*ImaginaireS.

REPRÉSENTATION – Résurgence – Diptyque I – juin 2016

Après la remontée à contre-courant de la Bièvre à Gentilly et à Arcueil, c’est à Paris que les archéographes ont proposé, les 17, 18 et 19 juin 2016, des traversées chorégraphiques et plastiques de 2h au cœur du quartier des Gobelins.

Directement inspirée des lieux qui ont jadis baignés « leurs pieds » dans la Bièvre, cette création proposait au public l’expérience d’une Bièvre réveillée et révélée par l’imaginaire. Conçue à l’échelle d’un quartier, elle a pris la forme d’un cheminement le long de l’ancien lit, où entrait en scène tout un récit autour de la couleur, mettent en lumière l’activité de teinturerie des Gobelins qui aurait déverser pendant des années les restes de ses teintures dans la rivière.

Sur les traces de M. Chevreul (personnage important de l’histoire de la couleur et des Gobelins), devant la teinturerie de la Manufacture des Gobelins, ou encore dans la cour du Château de la Reine blanche, l’histoire colorée de la Bièvre à fait surface.
Les moutons ont pris leur place dans le récit comme matérialisation poétique de la coloration de la Bièvre. Il se seraient abreuvés de ses eaux jusqu’à en porter les stigmates colorés ! Les archéographes ont également rendu palpable l’âme de M. Chevreul, si présente dans la Manufacture, par la mise en place d’un cercle chromatique composé d’écheveaux de laine fabriqués sur place, en face du Mobilier National.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Manon Gignoux
Ghislaine Louveau
Christine Coutris, accompagnement écriture

Accompagnée de :
Laurent Géant, musicien

Spectacle coproduit par Art’R, lieu de fabrique itinérant pour les arts de la rue à Paris, et avec le concours du Mobilier national – Manufacture nationale des Gobelins.
Sur une commande Des ricochets sur les pavés dans le cadre de la programmation Bièvre*ImaginaireS.

REPRÉSENTATION – Traversée Archéographique – oct. 2015

Les 3 et 4 octobre 2015, à 12h30, TANGIBLE a proposé une Traversée archéographique, dans le cadre de Mur/Murs, semaines des cultures urbaines organisées par la Ville de Vitry-sur-Seine (94)

Ce parcours urbain chorégraphique et plastique est le premier opus d’une implantation artistique et territoriale durable qui s’empare des mutations urbaines, sociales et culturelles vécues par Vitry-sur-Seine, dans le quartier des Ardoines.

De Gare au théâtre, en direction des bords de Seine, la Traversée archéographique a pour centre de gravité le site du futur collège du Port-à-l’Anglais. Elle propose un temps en suspension, un temps pour s’imprégner des récits passés, pour envisager un futur ancré et cohérent et pour laisser émerger l’imaginaire au sein même du réel.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Manon Gignoux

Les élèves de l’Académie Municipale de Danse de Vitry-sur-Seine : 
Virginie Baudouin, Catherine Chaumontet, Pierre Desvignes, Elisabeth Ferron, Aude Fouchet, Juliette Lelay, Pascale Siefrid, Marianne Simonet
et leur enseignante : Virginie Delpierre.

En partenariat avec la Ville de Vitry-sur-Seine, les Ecoles Municipales Artistiques de Vitry-sur-Seine et le Conseil Départemental du Val-de-Marne et en collaboration avec l’EPA-ORSA et Gare au théâtre.

REPRÉSENTATION – La Bièvre à contre-courant – Emersion Opus 2 – sept. 2014

Pendant l’année 2014, les archéographes de TANGIBLE ont exploré le lit de la Bièvre à Arcueil (94), à partir d’où ils l’avaient laissé lors de l’Opus 1 : au parc du Coteau. Ce nouvel opus de La Bièvre à contre-courant, présenté pendant les journées du patrimoine en septembre 2014, a permis de raconter l’histoire locale de la Bièvre ainsi que ses histoires mineures et le paysage singulier qu’elle a creusé.

Les temps d’exploration, d’échanges et d’ateliers de cette deuxième résidence ont fait émerger de nouveaux sites à investir et à rêver. L’espace devant la Maison de l’environnement, le long du dalot ; l’ancienne blanchisserie abandonnée ; le quartier des musiciens anciennement zone de marais de la Bièvre ; les locaux du service technique de la ville où le goudron gondole encore de la présence des eaux souterraines ; la Faisanderie au pied de l’aqueduc. Et enfin les maisons de certains habitants qui ont une histoire particulière avec la Bièvre.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Manon Gignoux

Accompagnée de : 
Pablo Schatzman, violoniste

En partenariat avec la Ville d’Arcueil, sur une commande Des ricochets sur les pavés dans le cadre de la programmation Bièvre*ImaginaireS.

REPRÉSENTATION – La Bièvre à contre-courant – Emersion Opus 1 – sept. 2013

Lors du premier volet de La Bièvre à contre-courant, les archéographes de TANGIBLE ont offert une balade artistique le long de la Bièvre ouverte à tous. Retour en images sur cette première restitution qui avait lieu à Gentilly (94) les 21 et 22 septembre 2013, après une année de résidence sur les traces de la Bièvre enterrée.

Depuis l’église Saint-Saturnin, au centre ville de Gentilly, jusqu’au parc du Coteau, à la frontière entre Gentilly et Arcueil, les spectateurs ont pu cheminer pendant deux heures pour découvrir le parcours de la rivière à travers plusieurs points de vue scénographiés et mis en scène : l’église Saint -Saturnin, le jardin de la paix, « la dent creuse », le magasin Franprix, Gentil’jardin, le parvis du service culturel, le parc Picasso, le gymnase Maurice Bacquet, les établissements Grenier, le parc du Coteau.

DISTRIBUTION :

Equipe d’archéographes :
Conception et réalisation
Edwine Fournier
Sébastien Molliex
Françoise Bachelard
Manon Gignoux

Accompagnée de : 
Sika Gblondoume, chanteuse

En partenariat avec la Ville de Gentilly, sur une commande Des ricochets sur les pavés dans le cadre de la programmation Bièvre*ImaginaireS.